ArtiPaint

Art et Culture Magazine

types de matériel et technique

Types de peinture [modifier]

Par technique [modifier]

  • le pochoir
  • la complémentarité des couleurs
  • la composition
  • la transparence
  • aplats : c'est l'application d'un champ coloré uniforme
  • liquide : peinture fluidifiée à l'aide de médium ou d'eau et qui permet d'avoir des effets liés
  • brossage : on met de la peinture sur un pinceau brosse, un chiffon et on le frotte sur un support afin de perdre une partie de la peinture, quand on peindra ensuite, on aura un effet évanescent de la couleur.
  • projections (splashing) : Consiste à projeter la peinture à distance sur la toile comme le dripping
  • grattage/scarifications : consiste à l'aide d'un outil abrasif, coupant à prélever de la matière, du médium et de mettre à jour les couches inférieures, voire le support même, qui peut être ainsi même attaqué, troué.
  • irisations
  • peindre à la « fraîche »
  • peindre avec tout son corps
  • peindre au couteau

Par outils [modifier]

Les peintres utilisent pour étendre les couleurs sur les différents supports à peindre des outils spéciaux. Ces outils peuvent être de fabrication industrielle ou manuelle, voir aussi tout simplement l'utilisation des doigts, des tissus ou n'importe quel objet qui leur tombe sous la main.

Par support [modifier]

Mural [modifier]

Voir l'article peinture murale pour plus de détails. La peinture murale a différents aspects, c'est une des plus anciennes connues avec des grottes de l'âge de la pierre comme, par exemple, celle de Lascaux, mais que l'on en retrouve aussi de cette époque un peu partout autour de la planète. On la retrouve également tout au long de l'histoire de l'art, sur les temples (églises, pagodes, ... ), sur les habitations, sur les monuments ou sur les véhicules. La forme la plus récente, dans l'art moderne, se retrouve dans les frises à l'aérosol que l'on appelle aussi graffiti ou plus récemment que certains nomment graphs.

Toile [modifier]

Voir l'article peinture sur toile pour plus de détails. Généralement de lin en Europe, de soie en Extrême Orient, il y a plusieurs manières de peindre sur une toile, selon qu'elle est fixée ou non sur un support.

Habituellement, on peint sur une toile enduite de colle, et recouverte d'un apprêt, elle est généralement tendue sur un châssis après finition de la peinture en occident ou bien est conservé enroulée dans les techniques traditionnelles d'extrême-orient.

De nos jours les toiles sont tendues sur un carton, un support mural ou du bois, acrochées temporairement par des rubans adhésif afin de supporter les traitements, pressions et tensions qu'une toile tendue ne pourrait pas encaisser. Elle est ensuite clouée ou agrafée tendue sur le châssis, planche ou carton final à la fin de l'exécution de la peinture.

Certains préfèrent cependant peindre la toile directement sur le support final.

Papier, papyrus, bois, carton [modifier]

Ces formes de support ont permis une plus grande facilité dans le transport des médias dessinés, peints ou écrits.

En Afrique du Nord, le papyrus a rapidement remplacé le parchemin. En Chine, le papier est arrivé dans l'Antiquité. Il faudra attendre la fin du Moyen Âge pour que la technique du papier arrive en Europe, et puisse enfin permettre la diffusion plus facile et rapide d'écrits et de peinture.

Aujourd'hui le papier est certainement le support de peinture le plus utilisé, que ce soit via des cahiers ou des carnets de croquis, ou par des procédés plus automatiques, telles les imprimantes personnelles pour les artistes ou le grand public, ou bien encore les machines à offset dans l'industrie du livre, de l'affiche, ou plus généralement de l'imprimerie.

L’utilisation du bois comme support pictural est connue par des exemples qui remontent à l'Égypte de l'Ancien Empire. De cette époque on a retrouvé des statues funéraires de bois recouvert de gesso et polychromées. Les premiers véritables portraits sur bois connus datent de l'époque ptolémaïque, mais ils restent à usage funéraire.

L'utilisation du panneau de bois par les artistes voit son essor au Moyen Âge car il permet, contrairement aux fresques murales, de transporter facilement les œuvres. Le plus célèbre des tableaux : la Joconde de Léonard de Vinci, est peint à l’huile sur panneau de bois.

À partir de la Renaissance le support de toile tendu sur châssis, plus léger et moins sensible aux variations hygrométriques, remplace peu à peu le panneau de bois qui tombe en désuétude.

Il faut attendre le XXe siècle et l’apparition des bois contrecollés ou reconstitués modernes, moins sujets aux déformations et moins chers, pour que les artistes s’y intéressent de nouveau. Le support bois « médium », de type aggloméré très fin et très doux, offre une alternative intéressante car facile à se procurer en grande surface spécialisée. Il suffit de poser un apprêt suivi d'un ponçage simple avant de pouvoir l'utiliser avec des peintures acryliques ou autres.

Verre [modifier]

Article détaillé : Verre églomisé.

Support animal [modifier]

Le tatouage (sur peau vivante) ou la peinture sur parchemin (peau morte), sont des traditions millénaires.
On trouve des traces de tatouage sur des corps de 5000 ans comme
Otsie que l'on a retrouvé congelé récemment dans les montagnes italiennes.
Le parchemin a longtemps été utilisé pendant tout le Moyen Âge en France, jusqu'à ce que l'on importe la technique du
papier de Chine. Le parchemin était d'abord utilisé sous forme de rouleaux, puis sous forme de codex (feuillets pliés).

  • Ivoire
    Jusqu'à récemment, l'ivoire était utilisé comme support de peinture. On retrouve des œuvres peintes sur ivoire à la Renaissance.
  • Carapace et os
    La carapace de tortue a été utilisée par les oracles chinois comme première forme de support d'écriture.

Métaux [modifier]

Le cuivre est un bon support pour la peinture à l'huile mais nécessite un ponçage avant son application. Le zinc et l'aluminium sont également de bons supports.